Objet connectés et accessoires intelligents à porter sur soi : amis ou espions?

Avec l’avènement des accessoires intelligents à porter sur soi et des dispositifs d’information corporelle, l’information personnelle disponible devient de plus en plus intime, et les atteintes possibles à la vie privée s’en trouvent amplifiées d’autant.  Comment donc protéger l’intégrité du corps humain en tant que récipient de nos renseignements personnels les plus intimes?

Les objets connectés, dont les accessoires intelligents à porter sur soi, sont partout. Si leurs avantages pratiques sont connus, les risques associés à leur utilisation le sont peut-être moins. Quels sont les risques d’utiliser des objets connectés et plus précisément des technologies portables? Eclairage avec Steven Richardson et Debra McKinnon, chercheurs à l’Université Queen’s et co-auteurs de l’étude de 2017 intitulée Left to their own devices (ndlr : traduit comme Laissées à eux-mêmes) , un projet ayant  bénéficié du soutien financier du Commissariat à la protection de la vie privée au Canada.

Ref: P3C2

Pour rappel, ce projet a reçu un soutien financier du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada dans le cadre du Programme des contributions.  A noter que les opinions exprimées dans les capsules, les entrevues ou les rapports et les sommaires citées sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat ou du Diffuseur et de ses agents.